Domessin et Saint Béron, des affiches à penser : promouvoir l’intelligence citoyenne, en favorisant la discussion éclairée, les rencontres et les échanges de tous ordres, et en dynamisant les énergies du territoire


13 février 2021 - 513 vues

Matière à penser

Les événements que nous vivons (disons, par exemple, une pandémie, mais pas seulement), nous invitent à remettre en question ce que nous tenions pour acquis. Nous sommes bousculés, parfois choqués, souvent stupéfaits, et nous commençons à nous poser des questions… il est alors important de pouvoir engager la discussion, pour réfléchir ensemble à ce qui nous arrive.

Effaçant derrière elle une longue année de contestation sociale d’une ampleur et d’une durée inédite dans l’histoire récente, la crise sanitaire que nous traversons n’a pas réussi pour autant à susciter de sentiment d’union nationale, que d’aucuns, en responsabilité, auraient sans doute apprécié. Nous avons dans l’ensemble accepté de nous plier aux différentes mesures, sans pour cela renoncer à exprimer nos idées et questionnements, comme en témoignent certains panneaux d’affichage de nos territoires.

droitalaliberte.jpg (484 KB)

Il nous a paru intéressant de permettre d’ouvrir ici à la réflexion et au débat, dans le souci qui nous anime de dynamiser la démocratie locale. Il nous semble naturel, pour un média, de ménager un espace de libre expression, en écho à ce que nous avons pu voir ou entendre autour de nous : ici, les affiches d'un artiste, François Gourgues, qui nous interpellent à Domessin ou à Saint Béron (« Vous avez vu dans quel État on est ? »), là un texte questionnant la responsabilité des gouvernements vis-à-vis des citoyens.

C’est en effet l’un des piliers de toute démocratie que de laisser les citoyens exprimer librement leurs opinions, et exercer ainsi leur liberté de pensée. On imagine mal un pouvoir des automates, pour les automates, par les automates. Et c’est même un pilier trois fois nécessaire (au moins) :

- pour les individus d’abord, qui élargissent dans la rencontre des opinions leur champ de conscience par l’ouverture à l’autre, 

-pour l’art et pour la science ensuite, qui demandent, chacun selon ses modalités, de pouvoir penser et communiquer librement, 

-pour l’Etat (c’est-à-dire nous autres ensemble) enfin, dont la légitimité et la stabilité imposent au moins de temps en temps de rediscuter, pour voir, les termes du contrat social qui nous lie. 

Et entre nous, si les individus s’étriquent, l’art et la science se rabougrissent, l’Etat se délite, on voit mal comment nous nous y prendrions pour inventer les réponses aux défis que nous devons affronter.

Aussi, comme le disait déjà Spinoza, « chacun peut penser, juger et par conséquent parler avec une liberté entière, pourvu qu’il se borne à parler et à enseigner en ne faisant appel qu’à la raison, et qu’il n’aille pas mettre en usage la ruse, la colère, la haine, ni s’efforcer d’introduire de son autorité privée quelque innovation dans l’État» (Traité théologico-politique, ch. XX). Et c’est dans cet esprit que nous voulons vous inviter à rejoindre cette discussion, en nous adressant vos contributions.

Des paroles bien pensées et bien pensantes :

Donnons la plume à Jean-Jacques Poux et découvrons...

...Le billet du soudeur caustique - Divagations absurdes 

Il est clair pour moi que cette pandémie me permet de faire le point et de mettre en lumière ce qui m’est important. Je découvre que les choses simples de la vie me sont indispensables et que la société qui m’entoure n’a aucune idée de ce qu’est la liberté de vivre.

La covid a fait des milliers de morts en France depuis un an et nous avons été privés de nos libertés individuelles pendant plus de 100 jours.

Pour information, 3 fois plus de personnes décèdent chaque année de cancers et cela est transparent dans nos activités quotidiennes.

A mes yeux, le virus ne tue pas, c’est le manque de soin qui tue.

Les confinements successifs, la répression, les messages anxiogènes, les mensonges, les interdictions, les décisions unilatérales, l’état d’urgence, les violences policières, les privations de libertés fondamentales, toutes ces solutions que l’état utilise pour, soit disant, prendre soin de son peuple me donnent la nausée.

En quelques mois la République française est devenue aux yeux de tous une entreprise commerciale où les décisions sont prises en fonction de la rentabilité.

 

Où est passé l'état providence ? Où est passé l’état protecteur ? Où est passé l’état prévoyant ?

Il y a moins de 2 ans, quand Notre Dame a brûlé, nous avons vu en quelques jours, nos premiers de cordées promettre plus d’un milliard d’euros pour sa reconstruction.

Pour quelle raison ?

Pour la grandeur de la France, pour l’image de la France, pour la préservation du patrimoine commun ?

Notre Dame a survécu aux guerres et révolutions mais elle n’a pas résisté aux campagnes de gains de productivité de notre société financiarisée. Elle est partie en fumée au nom de la religion du « gagner toujours plus de fric »

 

Il y a des choses que cela ne sert à rien d’assurer car elles sont irremplaçables !!!

La France devenue un pays pauvre n’a plus assez d’argent pour sauver les vies de son peuple contaminé, alors elle fait donc des choix, elle compte et elle recompte ses sous.

Et bien ! Que Notre Dame reste donc un éboulis de gravats et utilisons l’argent des mécènes pour sauver des vies et laissons les générations futures gérer les décombres de Notre Dame.

Nous avons tous vu la Chine construire en quelques jours des hôpitaux pour soigner la population de Wuhan.

Pourquoi donc, notre gouvernement n’a-t-il pas décidé de construire un super centre hospitalier pour faire face au manque de lits en réanimation ?

Un centre hospitalier d’une capacité extraordinaire pouvant faire face aux besoins d’une nation comme la nôtre.

Un centre d’étude et de recherche de vaccin afin de redevenir le phare de l’humanité au niveau santé. Une vitrine mondiale pour la France attirant les meilleures équipes de chercheurs.

Un centre hospitalier pouvant jeter des ponts avec le tissu industriel français pour promouvoir et garder notre autonomie en matière d’équipements hospitaliers.

Politiques de France, vous avez été élus par le peuple de France,

Qu’avez vous fait aujourd’hui pour que demain soit un jour meilleur pour tous les Français ?

Qu’avez vous fait aujourd’hui pour que le peuple de France soit fier de vous ?

Le début de l'année est là avec ses bonnes résolutions et ses bons vœux….j’aimerais pouvoir imaginer un meilleur futur pour mes enfants.

Marchons, marchons, qu’un sang impur abreuve nos sillons…

 

Jean-Jacques Poux

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article