L'association Mémoire Août 1942 a reçu Jean-Pierre Foucault et Simha Arom


10 août 2020 - 1022 vues

Mercredi 5 août, l’association Mémoire Août 1942 organisait une journée autour de l’histoire des juifs assignés à résidence autour du lac d’Aiguebelette pendant la seconde guerre mondiale.

A l’instar de la rencontre organisée lors de l’été 2019, la journée a débuté avec des témoignages dont celui de l’animateur de télévision Jean-Pierre Foucault, venu en famille sur les traces de l’histoire de sa tante et son oncle, assignés à résidence à Aiguebelette-le-lac dans ce qui est aujourd’hui la résidence Beau-Séjour.

Ce témoignage a été rejoint par celui de Simha Arom, directeur de recherche émérite au CNRS également assigné à résidence avec sa famille sur le territoire, qui a raconté son incroyable parcours de vie jalonné de rebondissements, de hasard et de détermination. De l’arrestation de ses parents à la solitude et la peur en passant par sa fuite in extremis qui l’a sauvé de la déportation puis son départ depuis le petit quai de gare d’Aiguebelette-le-lac, l’ethnomusicologue de 90 ans a évoqué ses souvenirs devant une assemblée touchée qui a ensuite pu écouter Joseph Banon, délégué régional du Comité Français pour Yad Vashem et Albert Fachler, représentant de la Communauté Juive de Savoie, qui ont fait écho aux témoignages en évoquant des situations d’actualité.

Des lieux de mémoires et une association déterminée

Créée l’an dernier sous l’impulsion de Frédéric Pélisson qui, après un grand travail de recherches, a voulu mettre en lumière ces histoires méconnues d’anonymes assignés à résidence autour du lac d’Aiguebelette pendant la seconde guerre mondiale avant d’être raflés et déportés, l’association Mémoire Août 1942 ne s’est pas arrêtée là dans l’organisation de la journée. Une visite de plusieurs lieux témoins du temps et du passage de ces vies bouleversées par le gouvernement de Vichy et la barbarie nazie a eu lieu à Lépin-le-Lac, Aiguebelette-le-Lac et Attignat-Oncin.

Si la journée avait commencé à la Maison du lac, sur la terrasse du café Côté Lac, elle s’est poursuivie au restaurant des Lodges du Lac de Saint Alban de Montbel avant de se terminer dans le Bugey où l'assemblée à visité la Maison d’Izieu, au lieu de mémoire et d’éducation pour comprendre le crime contre l’humanité.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article