Le collectif refuse le car et attend des propositions

07 décembre 2018 - 541 vues

Mercredi soir, la mairie de Domessin accueillait une réunion très attendue regroupant des usagers du TER de la ligne Lyon-Chambéry, le collectif Dutrainenavantpays73, et des représentants de la Région et de la SNCF.


150 personnes étaient au rendez-vous pour exprimer leur refus de voir, dès le 9 décembre, 75% des arrêts supprimés en gare de Lépin-le-Lac La Bauche et Pont-de-Beauvoisin, ainsi que des élus locaux qui ont affirmé leur mécontentement quant au manque de concertation de la Région et de la SNCF avec le territoire. Ainsi, c'est dans un climat tendu que la soirée a débuté et que le collectif dont la pétition a dépassé les 3 000 signatures affichait immédiatement ses revendications : "ces suppressions sont du sabotage de service public et nous sommes ici pour établir un plan de travail pour garder 80% des trains, nous attendons vos propositions".

Le débat a failli tourner court quand Philippe Gamon, directeur des transports de la Région Auvergne Rhône-Alpes a parlé de car de substitution le temps de trouver une autre solution car pour Julian Boutin et Yves Baverel, porte-parole et créateur du collectif "le car c'est non ! Les temps de trajet en seraient fortement augmentés sans parler des places très limitées dans ces véhicules, et à l'heure où on parle de mobilité douce, il est hors de question de supprimer des trains pour des cars".

La Région entend mais ne promet rien
Philippe Gamon a affirmé que la Région a entendu la colère des usagers et a assuré qu'elle n'a pas eu conscience de déshabiller l'avant pays savoyard en terme de transport ferroviaire : "On a fait une ânerie, vous avez raison et la région ne veut pas laisser tomber cette ligne, tout ce qui est faisable sera fait". L'urgence de la situation pour les usagers demandait une réponse immédiate car nombreuses sont les personnes à ne pas savoir comment elles pourront aller travailler ce lundi et la Région et SNCF Mobilité ont dores et déjà proposé la mise en place de cars de substitution dès le début de semaine prochaine et accepté de revenir le 18 décembre avec des propositions et un plan de travail.

Le collectif a quitté la réunion avec la volonté de rester mobilisé et refuse en bloc une autre solution que le retour de 80% des trains et, dans l'urgence, le retour de 4 trains quotidiens dans chaque sens (Chambéry-Lyon, Lyon-Chambéry) et un temps de parcours Lépin-Lyon de maximum 1h10. En outre, il a lancé un nouvel appel à manifester en gare de Lépin-le-Lac, ce dimanche à 11 h 30, jour symbolique puisqu'il est le premier que les usagers vont connaître avec les nouveaux horaires.

Commentaires(1)

Connectez-vous pour commenter cet article
dutrainenavantpays73, il y a 1 semaine
Attention : le 9 décembre il ne s'agit pas d'une manifestation mais d'un rassemblement convivial. Un moment d'échange d'infos, de discussion sur la suite de la mobilisation, un moment aussi pour notre jeune collectif de s'étoffer et mieux se connaître. Il faut rappeler que nous avons dü pallier l'absence d'un réseau institutionnel hors jeu pour informer la population, la mobiliser face à l'inacceptable en très peu de temps.