Si on continuait à aller au resto ?


27 novembre 2020 - 394 vues

Comme la plupart des restaurants, l'Auberge de Mandrin à Dullin a vu se tarir la source de son  activité régulière, groupes de sportifs, touristes ou travailleurs de chantier. Son gérant a pris la décision de fermer temporairement.  Pour Gérard, « Ce n’est pas notre métier de faire de l’emporter, alors, je cuisine seulement pour les quelques personnes du village qui ont des difficultés à se déplacer ». 

D’autres restaurateurs ont cherché à maintenir une proposition de plats à emporter avec la même exigence de qualité.

Pour Charlène du restaurant « Les Roselières » à Novalaise, c’est une façon de se réinventer « Nous dressons nos plats dans des conditionnement que nous avons choisi biodégradables pour sauvegarder le plaisir de l'œil et du goût ». Les commandes d’une sélection de plats mitonnés par le chef Jean-Baptiste, peuvent se faire en ligne et la distribution se fait en fin de semaine à la fois sur place et à la boulangerie « Le Délice des Montagnes » à Novalaise Bourg grâce à la reconduction d’un partenariat noué lors du premier confinement.

 Le restaurant « Le Pérou » à Saint Béron a décidé de rouvrir avec ses spécialités en mode "à emporter" sur les trois derniers jours de la semaine, répondant ainsi aux sollicitations de sa fidèle clientèle « Nous recevons beaucoup d’appels de nos clients, beaucoup sont devenus des amis, ça fait chaud au coeur, ils nous confortent dans ce choix » précise Claudia.

La situation est très difficile pour tous, ils précisent que les solutions adoptées sont des solutions de survie. Tous ont été dans l’obligation de se séparer momentanément de tout ou partie de leur personnel et ont replié leur organisation sur une cellule de base qui est  le plus souvent familiale.

« C’est une expérience frustrante, un sacrifice pour des jours meilleurs mais nous gardons espoir » confie Claudia.

« Nous, les restaurateurs, nous risquons la fermeture, cette incertitude est très stressante à vivre » ajoute Gérard.

Pour ces restaurateurs de nos territoires, ouverts la plus grande partie de l’année, les périodes d’activités intenses sont concentrées sur l’été et les fêtes de Noël.

Ils sont dans l’attente des prochaines décisions gouvernementales.

C'est certain, ces propositions ne sont pas idéales mais elles permettent, à chacun de nous, de continuer à bénéficier des savoir-faire locaux tout en soutenant nos restaurateurs.

Alors, pensez-y, et commandez ici ou là, les saveurs qui raviront vos papilles...!

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article