[TELETRAVAIL#8] Quitter Paris pour télétravailler en Avant pays savoyard ?? OUI MAIS avec la fibre et des trains ...


05 juillet 2021 - 189 vues

Dans notre série sur le télétravail, pour ce 8ème opus, nous rencontrons Mr Yves et Mme Annick Gorjux.

 Annick et Yves sont 2 cadres qui habitent Sceaux en Région Parisienne et travaillent sur Paris, l’une encadre l’équipe de validation et de tests d’une entreprise de 200 personnes et le second est responsable de tests d’une société de télécommunication.

Annick ayant un handicap auditif télétravaille 3 jours par semaine depuis plusieurs années et ne se rend au bureau que 2 fois par semaine avec de longs temps de transport. Yves avait la possibilité contractuelle de le faire sur 2 jours par semaine mais il n’a jamais souhaité en profiter.

Ils possèdent une maison de famille à Gresin un village de 400 personnes dans laquelle ils ont réalisé de gros travaux au cours des 7 dernières années.

savoie / politique. Grésin, la petite commune qui veut rester “rurale”Trois astuces pour booster votre connexion à Internet

Lorsque le 1er confinement est arrivé, il leur a semblé naturel de se retirer en Savoie pour s’installer en télétravail. Bien qu’ayant passé leurs vacances à Grésin au cours des 30 dernières années, ce n’est qu’en s’y installant pour le confinement qu’ils ont découvert l’ampleur des problèmes de connexions réseaux internet et télécom dans le village de Gresin que l’on peut qualifier de zone blanche, tant les réseaux y sont inconstants.

Ils ont alors pris contact avec un petit opérateur d’Innimond dans l’Ain, la société AMBSE http://www.ambse.fr/ qui a déjà équipé une trentaine de communes de ce département avec son infrastructure par ondes privées et ont souscrit un abonnement pour 30€ par mois.

Tout a très bien fonctionné pendant près d’un an puis le système s’est effondré et le technicien dépêché sur place n’a pas pu diagnostiquer le problème. Leurs entreprises étant en 100% télétravail, ils ont dû revoir toute leur organisation. Ils ont recherché des tiers lieux pour pouvoir faire du co-working et bénéficier d’une connexion dimensionnée pour des activités professionnelles. A 20 minutes de Grésin, ils se sont installés dans les locaux d’AGORA GUIERS https://agoraguiers.fr/ à Pont de Beauvoisin et ils ont décidé en février 2021 de se partager 3 semaines à Paris et une semaine en Savoie.

Tous deux affirment que si la connexion informatique leur avait permis de rester télétravailler à Grésin, ils seraient restés pendant tout le temps du confinement voire en mode partagé avec Paris pour la période postérieure aux restrictions. Télétravailler en espace de coworking ne leur a pas déplu, mais celui-ci se situant à 20 minutes de leur maison et le couvre-feu étant à 19h ils n’avaient pas la possibilité de faire les journées « à rallonge » qu’ils pratiquent souvent dans leurs jobs respectifs.

Ces cadres qui se voient désormais en télétravail au vert et à temps plein

Ils ont particulièrement gouté la période ou ils pouvaient télétravailler depuis leur domicile savoyard et s’octroyer des pauses en forêt ou auprès de la famille. Ils avaient trouvé un équilibre leur permettant à la fois de garder le contact avec leurs équipes respectives lors de réunions visio très interactives tout en bénéficiant d’un cadre de vie très agréable et apaisé. C’est ainsi qu’Annick organisait des réunions de service qu’elle a ouvertes à tous les collaborateurs de l’entreprise souhaitant s’y joindre. Yves quant à lui, participait tous les matins à une réunion café croissants virtuelle d’une demie heure sans ordre du jour, pour garder le contact avec son équipe pour garder un lien.

Il a même constaté que la productivité de son équipe avait augmenté et que certains collaborateurs s’étaient révélés pendant cette période.

Lorsqu’ils prendront leur retraite qu’ils envisagent très active, ils pensent garder cette alternance entre des séjours parisiens pour garder contact avec leurs amis et leurs réseaux et des séjours savoyards auprès de leurs familles et amis locaux. La qualité des connexions réseau jouera un rôle très important dans la répartition temporelle entre leurs 2 lieux de vie.

Un autre facteur jouera dans leur choix de vie, c’est l’accès par le train à leur maison savoyarde. Aujourd’hui, il leur faut plus de 6h pour rejoindre Grésin avec un choix restreint d’horaires et de trains. Le trajet en voiture ne leur prend que 4 h et permet de transporter du matériel de travail informatique et au retour du fromage, des légumes et des spécialités de chez nous.

Train et connexion réseau apparaissent ainsi comme le nerf de la guerre du développement économique et démographique de notre territoire de l’Avant Pays Savoyard.

 

Info PLA remercie Annick et Yves pour ce témoignage.

Pour conclure et clore cette rubrique sur « Vivre et télétravailler en Avant Pays Savoyard en période de COVID » nous vous proposerons prochainement une synthèse des 10 interviews réalisés qui sera ouvertes à discussion.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article