Un collectif de sauvegarde des terres agricoles lance une pétition contre l'agrandissement de La Baronnie


23 mars 2020 - 994 vues

2019 marquait la finalisation des Plans Locaux d'Urbanisme (PLU) dans toutes les communes, et ceux-ci sont actuellement et pour la plupart en cours d'approbation ou en phase d'enquête publique, les principaux enjeux étant de fixer les règles d'urbanisme qui serviront durablement l'aménagement et le développement des territoires.

A Domessin, si le rapport de la Commissaire Enquêteur relate de belles perspectives paysagères et une activité agricole importante ancestrale, il précise qu'en matière économique, il convient de protéger cette dernière d'une urbanisation trop diffuse, notamment face au développement des deux Zones d'Activités (La Sage et La Baronnie). 

C'est sur ce point qu'un collectif s'est récemment arrêté, après avoir constaté que plusieurs hectares de terrain resteraient classés en Zone AUac (Secteur d’Urbanisation future à vocation d’activités commerciales) le long de la Route de Domessin, à quelques centaines de mètres de l’entrée de Pont-de-Beauvoisin, prolongeant ainsi la ZAC de La Baronnie de 4 hectares.

Ce collectif de sauvegarde des terres agricoles de l’Avant-pays Savoyard a décidé de lancer une pétition pour que ces parcelles appartenant au département de la Savoie, à la Communauté de Communes Val Guiers et à des particuliers, soient classées en Zone Agricole dans le futur PLU car “cette surface de terre pourrait faire travailler 4 à 8 maraîchers bio pouvant alimenter des circuits de vente directe aux collectivités aux cantines et particuliers locaux. Même si ce PLU, cumulé à celui des communes voisines, vise une augmentation de population pouvant aller jusqu'à plus de 1 500 nouveaux habitants d' ici 10 ans, il n'y a aucune nécessité d'offrir encore de nouveaux espaces à la Grande Distribution”

C’est effectivement de cela qu’il est question puisque cet agrandissement de la ZAC serait dû à l’arrivée d’une enseigne de la Grande Distribution qui y installerait notamment un drive. Dans une logique de protection de l’environnement et pour le retour des magasins au centre des bourgs, le collectif appuie sa demande en se référent également au Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) avec lequel les communes doivent mettre leur PLU en compatibilité et dont le rapport d’enquête publique de Juillet 2014 stipule que “la préservation de la fonction économique et structurante du foncier agricole est une priorité pour le territoire”.

Cependant, le rapport d’enquête rendu en 2015 annonçait déjà (page 57) qu’en matière commerciale sur le territoire, l’extension de la zone de la Baronnie sur la commune de Domessin était une perspective. Pas de surprise donc, même si l’on peut se poser la question de la cohérence d’une stratégie mise en oeuvre en 2020 quand ses prémices ont trouvé naissance en 2007 (année de début du travail autour du SCoT). Pour exemple, en matière de mobilité, alors que la ligne ferroviaire existante entre Lyon et Chambéry semblait être un acquis (page 56) avec même une perspective d’amélioration due à la future ligne Lyon - Turin, les quelques années passées et la dégradation des dessertes locales prouvent bien que la situation évolue extrêmement vite, et qu’une mise en compatibilité d’un document en 2020 avec un autre plus daté n’est pas une mince affaire d’autant plus que le quotidien, les élus, et les mentalités ne sont déjà plus les mêmes en 13 ans. 

Il est alors légitime de se poser la question de la méthodologie à adopter pour la mise en compatibilité de ces PLU avec le SCoT. Pour l’heure le collectif de sauvegarde des terres agricoles de l’Avant-pays Savoyard a choisi la méthode “vox populi” et donne l’opportunité aux habitants du territoire de donner leur avis en signant ou non une pétition en ligne intitulée Des Terres pas d'HYPER, des LEGUMES pas de BITUME contre l’extension de la ZAC qui sera adressée aux pouvoirs publics en charge des PLU du territoire.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article