Une nouvelle rubrique participative : “Vivre et télétravailler en Avant Pays Savoyard, c’est possible?”


17 février 2021 - 324 vues

Info PLA lance une rubrique évolutive sur le thème « Vivre et télétravailler en Avant Pays Savoyard ». Notre volonté est d’explorer la réalité de ce mode de travail, de recueillir des témoignages d’habitants qui ont choisi ce mode de vie, et de déterminer la manière dont ces évolutions peuvent accompagner et participer à la redynamisation du territoire en général et du nôtre en particulier.. Nous vous donnerons la parole, pour réagir, témoigner. Nous irons aussi rencontrer  les hommes et les femmes qui président aux destinées de notre territoire, au niveaux des communes, intercommunalités, département ou région.

Télétravail : histoire, cadre et situation

Trois  facteurs d’émergence du télétravail : la technologie, la législation et l’évolution de la culture managériale

Le télétravail existait bien avant l’épisode COVID que nous vivons depuis un an. Déjà en 1950 l’architecte, Norbert Wiener a supervisé depuis l’Europe la construction d’un bâtiment aux Etats-Unis en utilisant des moyens de transmission de données de l’époque (RTC, téléscripteur…). Le terme « Téléwork » lui, apparaît pour la première fois en 1972 dans un article du Washington Post.

Le télétravail s’est développé grâce à ce qui s’appelait les « NTIC » (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) dans les années 1990. Depuis, l’ensemble de technologies liées aux médias, à l’informatique et à l’Internet est devenu « TIC ». Cependant, ce terme TIC peine à recouvrir toute la diversité. Ceci est dû à l’accélération, à la sécurisation des échanges, ainsi qu’aux évolutions des moyens et outils de communications tels que les visioconférences, les infrastructures cloud et les opérateurs de réseaux sociaux. 

En 2002, l’Union Européenne conclut un accord cadre européen non contraignant, permettant à chaque Etat membre de disposer d’une législation relative au télétravail. Le télétravailleur bénéficie grâce à cet accord des mêmes droits que le travailleur effectuant son travail dans les locaux de son entreprise. Le but est de concilier sécurité et flexibilité dans ce nouveau mode de travail. 

En 2017 les ordonnances Macron donnent une définition au télétravail avec le statut et les droits du télétravailleur. Le travail hors des locaux de l’entreprise est ainsi défini par le code du travail, et reconnu comme une méthode de  avec des précisions sur sa mise en place, et sur les équipements du télétravailleur. Des années plus tard et en dépit de l’évolution technologique et législative, la culture managériale n’a pas complètement intégré cette nouvelle dimension du travail.

En 2020, le principe de réalité qui s’impose avec la Covid, à tous les managers a constitué un formidable booster pour le télétravail, à condition qu’il soit choisi et non imposé.

TELE1-office-932926_1920.jpg (358 KB) 

Comment cerner le phénomène du « télétravail » ?

Le télétravail n’est pas une catégorie de l’Insee, ni un critère fixe et stable sur lequel faire reposer des indicateurs. Il peut être formel ou informel. Il est le plus souvent partiel. Sa définition légale est "toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon régulière et volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication dans le cadre d’un contrat de travail ou d’un avenant à celui-ci." Cette formulation enferme le télétravail dans une relation contractuelle alors que le langage courant l’a étendu à de nombreuses autres situations :

  • Le télétravail informel, résulte d’un accord verbal entre le salarié et son responsable
  • Le travailleur indépendant qui a choisi de travailler depuis son domicile ou un espace de coworking
  • L’enseignant ou le chercheur qui travaille de son domicile en dehors de ses interventions de formation 
  • Le travailleur nomade qui se déplacent très fréquemment dans les différents sites d’une entreprise et/ou pour le compte de clients. Il n’a pas de lieu de travail fixe, même si certains, comme les commerciaux disposent d’un bureau de passage.
  • D’autres formes de « télétravail » sont à répertorier……

Avant la crise de la COVID 19 le télétravail avait déjà le vent en poupe !

Selon une étude de Malakoff Médéric Humanis en date de février 20191, la pratique informelle non contractualisée était majoritaire (21 % des salariés), et la pratique contractualisée du télétravail (7% des travailleurs) était déjà en forte hausse (+ 50 % par rapport à 2017). 44 % (contre 38 % en 2018) des dirigeants ont déclaré par ailleurs que l’assouplissement des règles de mise en œuvre du télétravail allait les conduire à augmenter le nombre de bénéficiaires du télétravail au sein de leur entreprise, ou à élargir la fréquence autorisée.

Selon la même source, avant la Covid 19, les télétravailleurs interrogés estimaient que le nombre idéal de jours de télétravail est de 6 à 7 jours par mois.

TELE1-Freepik-portrait-of-casual-woman-enjoying-lunch-at-home.jpg (667 KB) 

Le confinement a amplifié le phénomène 

Parmi les salariés du privé ayant travaillé pendant le deuxième confinent, 45% ont été en télétravail dont 23% à temps complet2

Si l’on prend en compte que 39% des actifs en emploi ont déclaré que leur métier actuel ne peut pas être exercé en télétravail, on peut en déduire qu’une majorité des gens, soit 61%, qui pouvait télétravailler l’ont fait. Cependant, parmi eux, 36% affirment pouvoir télétravailler sans difficulté alors que 25% éprouvent de réelles difficultés.

Mais, cet essor fulgurant sera-t-il durable ?

C’est la question que l’on peut se poser lorsque l’on constate qu’entre les 2 confinements, de mi-mai à fin octobre 2020) la proportion d'employés en télétravail a chuté de près de moitié en France 3

Une étude prospective prévoit quand même que d'ici 2028, 73 % des équipes devraient compter dans leurs rangs des télétravailleurs 4. De son côté, le MEDEF souligne dans une étude que 93,5% des personnes ayant télétravailler pendant le confinement souhaitent poursuivre l’expérience5

Le télétravail ou e-working a donc un beau potentiel devant lui.

 Au delà les définitions et les chiffres, le télétravail, un style de vie ?

Comme le souligne le groupe Ecomédia 6, le télétravail est un objet social aux contours flous et aux facettes multiples, à l’intersection de plusieurs sphères : personnelle (qualité de vie), professionnelle (management, organisation du travail), sociétale et environnementale (aménagement et cohésion des territoires). Il propose le terme de « mobilité choisie » tout en précisant que la mobilité est loin d’être la seule dimension déterminante dans le choix de télétravailler.

Malakoff Humanis7, remarque que le travail à distance n'est plus seulement un « avantage ». Les télétravailleurs ne recherchent pas seulement des salaires attractifs ; ils s'intéressent au contexte global, c'est-à-dire l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et la garantie d'horaires et de conditions de travail plus souples.

L'étude mondiale de PwC sur les générations8 a montré que de nombreux jeunes employés considèrent le travail comme une « chose » et non comme un « lieu ». L’ espace de travail numérique basé sur le cloud fait office de “lieu de travail”.

TELE1-woman-5551134_1920.jpg (335 KB) 

Le télétravail au service du développement territorial 

Pour reprendre les mots de Monsieur René Nantua, Président du directoire de Eco Savoie Mont Blanc « Développer le télétravail, c’est une façon de revitaliser les territoires ruraux en y ramenant de l’activité et de la consommation. L’un des défis est de rééquilibrer la croissance sur l’ensemble du territoire. » et il ajoute « Pour tous les acteurs, l’essor du télétravail passera nécessairement par le développement d’un réseau de tiers lieux – pépinières, espaces de coworking… – permettant de proposer aux travailleurs nomades un accueil de qualité9 » 

En effet, la relocalisation d’actifs dans un territoire permet de redynamiser les commerces locaux et d’éviter la fermeture ou d’optimiser les services publics et privés dont ils ont besoin pour vivre.

Vous l'aurez compris, ce petit historique rapide nous permet de planter le décor. Reste à approfondir les choses car le télétravail n'est pas forcément facile à mettre en place et ne convient ni à tous ni à toutes les activités. Nous reviendrons régulièrement sur cet argument pour en briser les tabous et ouvrir des perspectives.

En attendant, de façon régulière, nous irons à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi de s'installer en avant-pays savoyard et d'y télétravailler, afin de comprendre leurs choix de vie.

Si vous aussi, vous voulez témoigner sur ce choix de vie et de travail en Avant Pays Savoyard, ou si vous voulez réagir, écrivez-nous à contact.infopla@gmail.com

Sources : 

1- https://newsroom.malakoffhumanis.com/actualites/etude-ou-en-est-le-teletravail-en-france-0b60-63a59.html

2- https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/article/teletravail-resultats-d-une-etude-sur-l-activite-professionnelle-des-francais

3- https://fr.statista.com/infographie/22709/evolution-proportion-des-employes-francais-en-teletravail-durant-confinement-et-apres/

4- https://www.upwork.com/press/releases/third-annual-future-workforce-report

5- https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/teletravail-medef-auvergne-rhone-alpes-93-salaries-veulent-poursuivre-1849474.html

6- https://groupe-ecomedia.com/les-savoie-a-lheure-du-teletravail/

7- ibid

8- https://carrieres.pwc.fr/fr/pwc-spirit/resolument-humain/be-well-work-well/la-culture-du-e-working.html

9- Magazine pour l’Éco N° 23 p26 Septembre 2020

Crédits photos : Pixabay, Freepik, Rawpixel, PXhere.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article