[EDITO DU PRINTEMPS] COVID-19 la guerre des généralistes et des spécialistes.


28 mars 2021 - 362 vues

COVID-19 la guerre des généralistes et des spécialistes.

Un sujet aussi vaste, aussi sociologique, voire philosophique a t’il sa place dans un journal d'informations locales comme INFO PLA : notre comité de rédaction s'est posé la question et vous invite aussi à donner votre avis.

Il est convenu de dire que le généraliste dispose de connaissances sur des sujets multiples sans pour autant que cette compétence ne lui permettent d'atteindre une expertise sur un domaine infiniment  « pointu ».

Notre vie quotidienne nous apporte les limites assez claires de ce sujet.

Lorsque notre santé est altérée nous consultons un médecin généraliste : si le mal est courant, banal cette consultation donnera lieu à prescription ; pour le cas où le mal persiste ou dans l'hypothèse où votre médecin généraliste a un doute sur la prescription, il vous adressera à un ou des confrères spécialistes.

Il en est de même pour votre conseiller bancaire : selon l'importance de votre projet (en milliers d’ euros) il vous proposera les produits simples qu'il maîtrise ou vous orientera vers les spécialistes « maison » des meilleurs placements patrimoniaux ou celui du montage de financement sophistiqué. Cette hiérarchie des compétences s'est développée dans presque tous les domaines et devient le marqueur fort de notre société du vingt-et-unième siècle.

Or cette évolution (l'organisation économique et sociale ne présentait pas ces caractéristiques il y a seulement un siècle) est lourde de conséquences sur les  décisions organisationnelles et politiques de toutes nos structures. 

Toutes les organisations industrielles ou bureaucratiques ont constaté que l’hyperspécialisation qui allait de pair avec une très forte division du travail donnait lieu à des pertes d'efficacité notamment par la déshumanisation des tâches et la déresponsabilisation des acteurs : on y a parfois répondu par la mise en œuvre de robots. Est-ce la réponse ultime que nous voulons ?

Parallèlement beaucoup d'entreprises ou structures ont cherché à compenser les défauts de cette hyperspécialisation par la mise en place de nombreux comités de coordination ou même pour les meilleures une organisation des bureaux et de l'espace de travail qui favorise la transversalité.

En effet on a partout constaté que l'hyper spécialité tuait la créativité, l'interactivité et finalement l'efficacité.

Pour revenir à notre situation sanitaire la guerre des généralistes et des spécialistes constitue un exemple remarquable des conséquences que cette absence de vision globale a engendré et continue à engendrer :

-ce sont des spécialistes qui nient l'utilité du masque et puis en font le ba ba de la sortie de crise.

- ce sont des spécialistes qui n'envisagent guère le caractère immanquablement mutant d'un virus (c'est le cas de la grippe chaque année)

- ce sont des spécialistes qui n'imaginent pas la complexité d'une logistique de masse (les militaires ont consacré plus d'un an à organiser le débarquement de juin 1944 )

- ce sont des spécialistes qui découvrent que notre système hospitalier (il y a peu vanté parmi les meilleurs du monde )ne peut plus guère absorber de malades en réanimation que l'Italie ou l'Espagne

- ce sont des spécialistes qui anticipent peu les conséquences de tout ce qui déstructure depuis un an la vie des aînés, des enfants, des travailleurs.

En tout nous avons besoin de spécialistes, de compétences, d'expertise mais nous avons surtout besoin de mettre toutes ces expertises autour d'une table, sans hiérarchie, pour dialoguer, analyser, mesurer les risques (tous les risques) construire des solutions, des projets ensemble autrement qu'en plaçant les uns en haut d'une pyramide et la grande masse des autres en exécutant, ou subissant.

Les meilleures organisations (entreprise état collectivité) ont su réintroduire le sens du collectif et du transversal (faire travailler des compétences de disciplines différentes) 

Ne pas tirer ces enseignements de la crise que nous vivons nous exposera inéluctablement à d'autres déboires plus ou moins douloureux. Et il est évident que cette réflexion s’applique aussi bien à l’échelon national que local et plus généralement toutes les organisations mobilisant plusieurs personnes.

Qu'en pensez vous ?

Crédit illustrations : INFOPLA - Fond vecteur créé par pikisuperstar - fr.freepik.com

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article